Zone
pastorale Enregistrer au format PDF

La Zone pastorale de Loudéac à votre service, avec ses paroisses de Colllinée, Loudéac, Merdrignac, Mûr-de-Bretagne, Plémet, Uzel.

Carte de la Zone pastorale de Loudeac - JPEG - 819.2 ko
Carte de la Zone pastorale de Loudeac

Le Carême, chemin de réconciliation

La Zone pastorale en bref

La Zone pastorale de Loudéac à votre service.

Presbytère

2 rue de Pontivy
BP 525
22605 LOUDEAC CEDEC
Tel : 02 96 28 01 32

Coordinatrice pastorale des jeunes

  • Mme Sandrine Saffon

Responsable de la zone pastorale

Aumônerie de l’Enseignement public

22 rue Lansart
22600 LOUDEAC
Tél : 02 96 66 15 42
aep22.loudeac chez wanadoo.fr

Prêtre accompagnateur

  • Abbé Benoît Lévêque

Responsable

Mme Sandrine Saffon

Eglises et chapelles de la Zone de Loudéac

QUAND LE CURÉ SE MET À TABLE

  • QUAND LE CURÉ SE MET À TABLE

Par Stéphane Esclef avec Albéric de Palmaert Éditions Salvator

« La Sagesse a dressé une table, elle invite les hommes au festin… » Ce beau chant de messe du Père André Gouzes pourrait être une métaphore de la vie du Père Stéphane Esclef, le cuistot devenu curé. Il faut,pour le comprendre, lire le récit croustillant qu’en fait Albéric de Palmaert, si possible dans la fraîcheur silencieuse d’une maison de vacances…Rien ne prédisposait au sacerdoce ce grand homme à la toque bien accrochée.

Et pour cause : né dans une famille ouvrière d’Amiens, avec ses joies et ses misères (une mère alcoolique), et éloignée de l’Église, le Picard grandit au milieu des fourneaux. Sa vocation de marmiton, il la reçoit d’une grand-mère cordon bleu et tendre comme du bon pain.

Par l’odeur, les saveurs et la merveilleuse chimie culinaire alléché, il rêve de devenir « un grand cuisinier, un magicien du quotidien – et sans le savoir encore, un serviteur de la Création. » BTS de cuisine gastronomique en poche, il part au service militaire. Là, tout bascule au cours d’un pèlerinage à Lourdes.

Le reste est à l’avenant, au petit bonheur l’amitié et la providence, dans la patience et l’ouverture du cœur.

Un parcours étonnant, jalonné parfois de croche-pattes du diable, mais toujours illuminé d’une joie vraie, profonde et durable. Un livre bouleversant, à savourer et à offrir sans modération.

(Ce livre est en vente au sanctuaire de Querrien)

La vie de la Zone pastorale

… Et quel sens les chrétiens vont-ils donner à ce Noël ?

Le temps de l’Avent nous prépare à fêter Noël. La venue finale du Seigneur est la joie de notre à-venir, elle est déjà aussi la joie de notre aujourd’hui.

Et quel sens les chrétiens vont-ils donner à ce Noël ?

  • 1/ En Jésus, Dieu s’est révélé comme l’ami des hommes. Et elle reste vraiment inimaginable, cette alliance entre divinité et humanité ! Dans la naissance précaire d’un nouveau-né, loin de chez lui, dans un abri de fortune, Dieu se dévoile fragile et vulnérable. L’inattendu de Dieu se fait jour, jamais Dieu ne s’était fait aussi proche de nous. Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique…, c’est lui qui l’a fait connaître (Jean 1,18). Le voilà qui a visage d’homme, au milieu même de nos pauvretés.
  • 2/ Du coup, cette venue de Jésus à Noël révèle aussi l’homme à lui-même, comme capable de bonté et d’amour ; elle donne d’approfondir notre propre humanité et son ouverture aux autres. Le Fils de Dieu est né dans l’histoire humaine et en terre de Judée, telle est bien la réalité particulière de sa venue au milieu des hommes. Dieu l’assure désormais à chacun(e) : ma vie, telle qu’elle est, a du prix et il faut en prendre soin. Le Père Créateur, expliquait Mgr Dagens en 2015, donne toute son importance à notre chair, à notre vie, pour que notre chair et notre vie… soient comme des lieux dans lesquels vient habiter la vie de Dieu. Notre corps est le lieu même et de toute vie spirituelle et de l’humble service des autres. À nous de vivre maintenant notre incarnation au quotidien. Notre agir de chrétiens prend tout son sens dans la relation avec Celui que nous voulons suivre, le Christ Jésus.

Préparant à nouveau les chemins du Seigneur, nous croyons que lui-même nous y précède. La simplicité de l’événement de Noël peut remplir d’espérance ceux qui sont victimes de la pauvreté ; elle parle à ceux qui veulent résister aux pressions du moment et qui gardent le souci du partage. Une volontaire sobriété dans ces fêtes peut devenir signe de la véritable nature de l’événement célébré. Revenir à l’essentiel, ne serait-ce pas lâcher de ce superflu qui nous empêche de mettre au centre de nos vies ce qui compte vraiment ?

Dieu peut encore surprendre, surtout lorsqu’il nous donne de (re-)goûter la joie paradoxale des Béatitudes de l’Évangile. Puissent les uns et les autres trouver, dans la Nativité du Seigneur, les forces nouvelles nécessaires, des raisons de vivre et de Le louer… Père Robert Josse

À l’école de Jésus… Carême 2018

Certains disent que le temps du carême est utile à l’homme et la femme parce qu’il est l’occasion de la sobriété heureuse, d’une cure d’amaigrissement, voire d’un jeûne télévisuel ou de son portable. C’est vrai ! Il en est l’occasion mais le Carême c’est bien autre chose.

Il dure quarante jours.

Quarante dans la Bible, c’est le chiffre de la pédagogie de Dieu.

Au désert avec Moïse, à la montagne de l’Horeb avec Élie, encore au désert avec Jésus tenté par le diable, entre Pâques et Ascension, Dieu nous parle de Lui et nous parle de nous, nous parle de Lui avec nous. Le premier organe utile pendant le carême, c’est notre oreille.

« Écoute Israël ! »

Le Seigneur nous invite à écouter sa Parole, notamment l’évangile de saint Marc cette année. Comment ferez–vous pour mieux connaître cette Parole ?

Avez-vous chez vous un Évangile ? Un abonnement à Prions en Église ?

Prêtez l’oreille et ouvrez-l’œil ! l y a un type de péché que nous ne relevons pas assez souvent, c’est le péché d’omission.

Ce que nous n’avons pas fait, non par égoïsme, mais tout simplement parce que nous n’avons pas vu ce qu’il y avait à faire ! Les évangiles de Matthieu et de Luc nous parlent de ce péché d’omission. Le carême est un temps pour regarder mieux autour de nous, plus attentivement, les personnes, les situations, les mécanismes sociaux qui les engendrent. Nos paroisses sont marquées par des réalités rurales, urbaines. Elles abritent des migrants. Des jeunes sont étudiants parmi nous. Ils s’interrogent sur leur entrée dans la vie active . Et il y a tant de solitude…

Il serait étrange que nous vivions ce carême sans une attention particulière aux évolutions de notre monde.

Marche à la suite de Jésus chanterons-nous dans les semaines à venir. La foi au Dieu de Jésus Christ nous bouge et nous fait bouger. La conversion est aussi une action qui nous conduit à aller vers, à agir avec et pour, à changer certains de nos comportements pour une fraternité plus grande et pour des œuvres concrètes de miséricorde. Au bout du carême il y a une promesse de joie.

Nous partagerons la vie du Vivant en nous étant mis à son école quarante jours.

Abbé Gérard NICOLE
Sanctuaire Notre Dame de Toute-Aide

Chacun sa place, chacun à sa place !

Documentaire-fiction réalisé par la classe de 5e A en 2016, dans le cadre d’un projet de vie de classe, encadré par Alexine Voisin, professeur principale. Les élèves ont étudié, analysé où leurs camarades allaient dans la cours de récréation selon leur niveau de classe. Les fictions ont été écrite, filmée et montée par les élèves.

Dernière messe à Loudéac pour le père Benoît

Fête de la Présentation du Seigneur, Fête de la Vie Consacrée.

Vendredi 2 février. 

Sanctuaire marial diocésain Notre Dame de Toute-Aide.

Fête de la Présentation du Seigneur, Fête de la Vie Consacrée.

  • messe à 11h30 suivi d’un verre de l’amitié, pique nique sur place pour ceux qui le souhaitent.

Le « Notre Père »

Changement :

« ne nous soumet pas à la tentation », est remplacé par « ne nous laisse pas entrer en tentation ».

Explications :

Dieu ne nous soumet pas à la tentation, pour : « nous jauger, nous tester, nous mettre à l’épreuve, tester notre foi… », la tentation a toujours été présente, de tous temps, sous différentes formes, et à peut-être grandie ou est plus accessible en à notre époque, avec les facilités qu’offrent les nouveaux moyens de communication ou le progrès… Donc, Dieu, ne nous laisse pas entrer en tentation, car comme expliqué ci-dessus, il est peut-être plus aisé ou rapide d’être exposé à la tentation.

Toutefois, nous connaissons les enseignements de Notre Seigneur, donc, là, peu importe l’époque, nous avons tous en nous une base essentielle concernant notre conduite quotidienne. Nous savons dans notre propre intérieur, distinguer le bien du mal, et adapter notre conduite. Il est vrai aussi, que sur certaines questions nouvelles, parfois la réflexion, et la prise de décision ou de position peut-être longue et difficile ; peut même aller, jusqu’à changer suite à l’apport de nouveaux éléments concernant la question, où l’influence d’échanges avec d’autres personnes… Donc, par la grâce de ce changement de formulation, le Divin n’est point écarté de nous, mais est bien là pour nous aider à ne pas « entrer en tentation ».

Notre Père

Notre Père qui est aux cieux,

Que ton Nom soit sanctifié, que ton règne vienne,

Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour. Pardonne-nous nos offenses,

Comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.

Et ne nous laisse pas entrer en tentation, Mais délivre nous du mal.

Amen

Bien sûr, chacun d’entre nous peut avoir d’autres explications ou interprétations. Donc n’hésitez pas à nous partager celles qui vous sont propres. Cela sera une grande joie et une aide pour nous tous. Merci à vous si vous avez lu ce petit article, et par avance, merci à vous si vous nous apportez d’autres explications, ou interprétations…

Eric Georges.

Marche synodale de la Zone de Loudéac

Nouvelle organisation à la paroisse

Dans le cadre de la nouvelle restructuration de la paroisse de Loudéac, quelques changements ont été nécessaires pour organiser la fête de la Toussaint.

Offre d’emploi poste d’aumônier à mi-temps

Le service des aumôneries catholiques des hôpitaux

recherche une personne disponible pour un poste d’aumônier à mi-temps pour le Centre Hospitalier du Centre Bretagne (CHCB), sites de Loudéac et Plémet. Ce poste est à pourvoir dès que possible.

Compétences & qualités requises : expériences humaines auprès des personnes fragiles, ancrage ecclésial, sens de l’écoute et de la confidentialité, capacité à travailler en équipe, sens de l’organisation, compétences administratives (utilisation de Word, Excel, Internet).

Accompagnement et formations assurés. Les candidatures sont à envoyer à Gratiane Louvet, responsable Diocésaine des Aumôneries d’Hôpitaux :

  • par mail : rdah chez diocese22.fr
  • par téléphone : 06 43 03 31 55

Je reste à votre disposition pour toute question par mail ou au téléphone aux coordonnées ci-dessus.

Fraternellement.

Gratiane Louvet

Ordination diaconale de Gaëtan Lormel

Paroisse, permanence d’accueil

Rencontre Kt des confirmés

Bonjour Belle rencontre Kt des confirmés, samedi 20 janvier à l’Apalou. On a parlé du pèlerinage de Lisieux avec un diaporama et la présence de Gaëtan. Nous avons partagé un goûté. Ensuite nous sommes allés à la messe et nos jeunes ont participé avec l’équipe liturgique du jour pour faire les lectures, servant d’autel, la quête…. Ce fut un bon moment. Et le lieu de l’Apalou est très apprécié par nos jeunes comme lieu plus chaleureux et convivial. Fraternellement.

L’équipe Kt 4e confirmé.

Veillée de prière pour l’unité chrétienne

Sanctuaire marial diocésain Notre Dame de Toute-Aide

Jeudi 25 janvier, 20h00 à l’église du sanctuaire

’’Le Seigneur est ma force et ma louange, il est mon libérateur’’

unité des chrétiens
unité des chrétiens

Se préparer à une Semaine Sainte

Se préparer

à une Semaine Sainte

Une semaine avant Pâques, les chrétiens comptent les jours et se souviennent. La Semaine Sainte nous rend contemporains d’un événement unique, la mort et la résurrection du Seigneur Jésus.

Cet événement donne sens à notre vie, à ce que sera notre propre mort et, dès à présent, à ces morts partielles que nous éprouvons quand il nous faut renoncer à des activités ou bonheurs actuels.

Le temps du Carême sera venu nous délester de ce qui nous encombre, nous réorienter à la fois vers Dieu et vers nos frères en humanité.

VOICI L’HOMME

ose proclamer au soir de chaque Vendredi Saint le récit de la Passion dans l’Évangile selon Jean (19,5) : l’Homme enfin réussi ! Et en Lui, voici tous les hommes.

Que doit être dès lors la route de l’Église ?

En Jésus Christ, écrivait le pape saint Jean-Paul II,

Marcher vers l’homme de la manière assignée une fois pour toutes à l’ glise dans le cours changeant du temps est en même temps s’avancer vers le Père et son amour (encyclique Riche en miséricorde § 1). Nous nous incorporons ainsi au Christ dans son mouvement vers le Père.

Créés libres et pour le devenir, nous entrons dans ce dynamisme de salut par une adhésion libre, par la foi et les sacrements de la foi. Le Carême fait mémoire de notre baptême et, pour les catéchumènes, il le prépare. Quand, par son Évangile, Jésus-Christ fait irruption dans une vie, il ne peut être que radicale nouveauté. Se retournant sur la préhistoire de sa foi, le converti peut dire comme Jacob à Béthel : Le Seigneur était là et je ne le savais pas (Genèse 28,16).

Et pourtant dans son baptême, (comme dans l’Eucharistie dont fait mémoire le Jeudi Saint), quelque chose d’absolument nouveau lui est advenu : Tu es mon fils, moi aujourd’hui je t’ai engendré. Dans un vrai dialogue, chaque croyant peut devenir lui-même en acceptant de ne pas être sa propre Source ni sa référence ultime, en acceptant d’exister par l’Autre.

Invitation donc à nous décentrer de nous-mêmes pour nous ouvrir, dans cette dépossession, à la joie d’un Dieu qui sauve, ne plus seulement parler du Seigneur mais s’ouvrir à lui dans le Tu de la prière, etc. Au-delà du regard des autres, voire de celui que nous portons sur nous-mêmes, demeure ce regard d’un Père qui ne cesse de nous engendrer à une vie nouvelle, à la suite de Jésus, comme fils dans le Fils.

« L’alléluia de la Veillée pascale le proclamera, nous sommes déjà passés de la mort à la Vie…  »

P. Robert Josse

Bonne année 2018 et bonne santé spirituelle !

Chers amis, chers frères et sœurs en Christ, une nouvelle année civile va débuter !

Petite question : savez-vous quand a commencé l’année liturgique ?

Les enfants qui viennent au caté dans nos 5 paroisses en Centre-Bretagne connaissent bien la réponse : c’était le dimanche 3 décembre dernier… Ce jour -là, nous avons débuté une nouvelle année avec le 1er dimanche de l’Avent qui nous a conduit jusqu’à la belle fête de Noël : la naissance de Dieu dans notre humanité… mais aussi une veillée de Noël vécue dans la famille des enfants de Dieu… et dans nos familles humaines…

Je me permets de vous interpeller sur cette « année « liturgique » » : comme je le dis souvent aux enfants, c’est l’année avec Jésus comme compagnon de route… Alors, même si vous avez manqué le départ, allez-y ! Vivez cette nouvelle année en prenant soin de votre santé spirituelle.

Plusieurs idées pour vous (nous) aider

Tout d’abord, dès le lever, si nous prenions une petite minute (ou plus) pour remercier le Seigneur d’être en vie… et Lui confier toutes les personnes que nous rencontrons dans notre journée…

Ensuite, si nous participions aux temps forts de l’année liturgique, toutes ces fêtes religieuses (Carême et Pâques, Ascension, Pentecôte, Assomption, Toussaint…) qui donnent du sens à notre calendrier des vacances et des ponts mais surtout à notre vie spirituelle… et qui retracent les moments essentiels de la vie du Christ…

Et encore, une idée originale : une journée de désert (loin du bruit, de toutes sortes de bruits) pour prendre de la hauteur et consacrer du temps pour la prière, la méditation de la Parole de Dieu, la contemplation de la Création, la relecture de sa vie…

Et enfin, (mais c’est loin d’être exhaustif, chacun pourra rajouter ce qui le nourrit…) si nous apportions une plus grande attention à nos paroles et nos gestes d’accueil : de la qualité de nos relations et de notre écoute, dépendent la vitalité et la bonne santé de nos paroisses…

Bonne année liturgique et spirituelle à toutes et à tous. Que Dieu vous bénisse !

P. Laurent Le Meilleur

Vidéos

Mgr Denis Moutel parle du synode à Lourdes

Mgr Denis Moutel sur KTO

4 ans d´investissement, 6000 m² rénovés, 9 millions d´euros de budget : l´immense projet de la Maison Saint-Yves vient d´arriver à son terme. Les services du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier, dans les Côtes d´Armor, ont convergé en seul et même lieu alors qu´ils étaient répartis jusqu´à présent sur quatre sites différents. Les familles en situation de précarité y ont aussi pris leur place. Au cœur de la Maison Saint-Yves, « l´Escale familles » leur offre un accueil de jour. En ce moment, de nombreux migrants en bénéficient. Pour Mgr Denis Moutel, l´Eglise ne peut pas faire l´économie de cet accueil qui est aussi à la base de l´évangélisation dans les paroisses. A Plouaret, par exemple, les fidèles font part de leur désir de vivre cet esprit d´ouverture malgré les difficultés. Le grand synode diocésain, qui s´est clôturé à la Pentecôte, cette année, a mis en lumière des manques. Mgr Moutel invite ses fidèles à « un souffle nouveau », sans jamais perdre de vue l´espérance, alors qu´à l´approche de Noël, la solitude peut être qualifiée plus que jamais de « mal du siècle ».
La Vie des Diocèses du 11/12/2017.

Question à un prêtre : Qu’est-ce que le Carême ?

Les Mouvements

CCFD-Terre Solidaire

CCFD-Terre Solidaire des Côtes d’Armor

Maison Diocésaine Saint Yves
81, rue Mathurin Méheut
CS44224
22042 Saint Brieuc Cedex 2 ccfd22 chez ccfd-terresolidaire.org
Tél 02 96 68 13 63

Pratique

Pour vous accueillir à la permanence :
Le lundi de 9h30 à 12H et de 14H à 16H30
Le mercredi Marie Raphaëlle Rault
De 14h à 16h30

Chrétien dans le Monde Rural

CHRÉTIENS DANS LE MONDE RURAL ( C.M.R. 22)

Jacques LE POTTIER de Loudéac et Roger GAUTIER de Saint-Barnabé, membres du CMR 22 ont bien voulu nous entretenir de la vie de ce mouvement :

Il a été créé par les anciens de la Jeunesse Agricole Chrétienne (JAC) et est un mouvement d’action catholique.

Il se préoccupe de tous les problèmes qui se posent actuellement au monde rural sous le regard de l’Évangile :

  • Précarité
  • Invisibilité de la pauvreté
  • Place des néo-ruraux
  • Perte du lien social
  • Détresse sociale et psychique des agriculteurs en difficulté
  • Relation avec les prêtres en paroisse.

Il se compose d’équipes locales (4 dans les Côtes d’Armor)

  • Fédérale
  • Régionale et nationale.

Au niveau de nos paroisses, il existe 1 équipe à Plumieux composée de 12 personnes presque tous agriculteurs et les isolés, Jacques et Roger, qui souhaitant remettre sur pied une équipe locale lancent un appel à tous ceux qui voudraient les rejoindre.

Dans le diocèse, une équipe fédérale de 12 membres se réunit tous les mois accompagné par le Père Francis MORCEL.

Un temps fort de ce mouvement a été une session à Ti Mann Doué en Cléguérec sur 2 jours où 90 participants des 4 diocèses se sont retrouvés les 9 et 10 Octobre 2017.

A l’appel du diocèse, une journée sur le monde rural est en cours de préparation au Sanctuaire marial diocésain Notre Dame de Toute-Aide, Querrien, La Prénessaye

Les lois et décrets du récent synode diocésain encouragent ce mouvement à renforcer ses liens avec les communautés paroissiales et à se relier aux autres mouvements d’action catholique.

Propos recueilli par Michel Dibou

Le Secours catholique

Loudéac

Aide et soutien aux personnes démunies.
Don de vêtements propres et en bon état- - chaque mercredi de 13h30 à 17h (sauf vacances scolaires), 19, rue de Pontivy (entrée par le parking des Tisserands
Accueil et conseils aux personnes - 7, Rue Pasteur - chaque mercredi de 14h30 à 17h (sauf vacances scolaires).
Contacts : Annick Le Hô, responsable Tél. : 06 35 92 09 93

Scouts et Guides de France

Groupe Scouts et Guides de France de Loudéac.

Contacts :

Stéphane Gorniak
stephane.gorniak chez gmail.com
tel 02 96 67 71 93
Mobile 06 41 97 05 75
ou
Isabelle Le Maux
iasmgp.lm chez orange.fr
Tel 02 96 56 35 10
Mobile 06 31 12 75 27

Patrimoine

Le territoire qui correspond à la Zone pastorale de Loudéac a un riche patrimoine.

Eglise et chapelles de la paroisse d’Uzel

Eglise et chapelles de la paroisse de Collinée

Eglise et chapelles de la paroisse de Collinée sur Pninterest.

Eglises et chapelles de la paroisse de Loudéac

Eglises et chapelles de la paroisse de Loudéac sur Pinterest.

Eglises et chapelles de la paroisse de Merdrignac

Eglises et chapelles de la paroisse de Mûr-de-Bretagne

Eglises et chapelles de la paroisse de Plémet

Eglises et chapelles de la paroisse de Plouguenast

Le doyenné de Merdrignac pendant la période révolutionnaire

© InfoBretyagne.com Illifaut _Cette paroisse relevait de l’évêché de Dol. En 1789, elle avait pour recteur un Maufrais qui y était depuis 18 ans.

Le 20 février 1791, sommé par la municipalité de prêter le serment constitutionnel, il refusa noblement avec son vicaire. Mais plus tard il changea d’avis, et, le 17 juillet 1791, à l’issue des vêpres, au pied de l’autel, il prêta serment, en présence du sieur Bergé, lieutenant de la gendarmerie nationale de Broons, et du sieur Durant, gendarme, etc. Etait-ce lâcheté, ignorance ou débilitation mentale ? Toujours est-il qu’à partir de ce moment il tomba en enfance et mourut, en 1792, sans s’être réconcilié avec l’Eglise (…)

Le patrimoine de Plemet

La nouvelle commune compte quatre monuments historiques.

Loudéac sur InfoBretagne

Loudéac viendrait du latin « lucotius », nom d’homme gaulois, semble-t-il. Loudéac est un démembrement de l’ancienne paroisse primitive de Cadelac. Cadelac, jadis chef-lieu d’une paroisse, est attestée aux XIIIe et XIVe siècles : Eon Quenandu est recteur de Kadellac en 1302 et en 1246, on trouve un chevalier du nom de Geffroy de Cadellac.

Plemet sur InfoBretagne

Plémet tire son nom de saint Démet, d’origine galloise et ayant vécu dans la région de Brest.

Textes et saint du jour

Textes du jour

Lundi 17 décembre 2018, férie de l'avent : semaine avant noël (17 déc.)

Livre de la Genèse 49,1-2.8-10.

En ces jours-là, Jacob appela ses fils et dit : « Assemblez-vous ! Je veux vous dévoiler ce qui vous arrivera dans les temps à venir.
Rassemblez-vous, écoutez, fils de Jacob, écoutez Israël, votre père.
Juda, à toi, tes frères rendront hommage, ta main fera plier la nuque de tes ennemis et les fils de ton père se prosterneront devant toi.
Juda est un jeune lion. Tu remontes du carnage, mon fils. Il s’est accroupi, il s’est couché comme un lion ; ce fauve, qui le fera lever ?
Le sceptre royal n’échappera pas à Juda, ni le bâton de commandement, à sa descendance, jusqu’à ce que vienne celui à qui le pouvoir appartient, à qui les peuples obéiront. »

Psaume 72(71),1-2.3-4.7-8.17.

Dieu, donne au roi tes pouvoirs,
à ce fils de roi ta justice.
Qu'il gouverne ton peuple avec justice,
qu'il fasse droit aux malheureux !

Montagnes, portez au peuple la paix,
collines, portez-lui la justice !
Qu'il fasse droit aux malheureux de son peuple,
qu'il sauve les pauvres gens, qu'il écrase l'oppresseur !

En ces jours-là, fleurira la justice,
grande paix jusqu'à la fin des lunes !
Qu'il domine de la mer à la mer,
et du Fleuve jusqu'au bout de la terre !

Que son nom dure toujours ;
sous le soleil, que subsiste son nom !
En lui, que soient bénies toutes les familles de la terre ;
que tous les pays le disent bienheureux !

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 1,1-17.

Généalogie de Jésus Christ, fils de David, fils d'Abraham :
Abraham engendra Isaac, Isaac engendra Jacob, Jacob engendra Juda et ses frères,
Juda, de son union avec Thamar, engendra Pharès et Zara, Pharès engendra Esrom, Esrom engendra Aram,
Aram engendra Aminadab, Aminadab engendra Naassone, Naassone engendra Salmone,
Salmone, de son union avec Rahab, engendra Booz, Booz, de son union avec Ruth, engendra Jobed, Jobed engendra Jessé,
Jessé engendra le roi David.

David, de son union avec la femme d’Ourias, engendra Salomon,
Salomon engendra Roboam, Roboam engendra Abia, Abia engendra Asa,
Asa engendra Josaphat, Josaphat engendra Joram, Joram engendra Ozias,
Ozias engendra Joatham, Joatham engendra Acaz, Acaz engendra Ézékias,
Ézékias engendra Manassé, Manassé engendra Amone, Amone engendra Josias,
Josias engendra Jékonias et ses frères à l’époque de l’exil à Babylone.

Après l’exil à Babylone, Jékonias engendra Salathiel, Salathiel engendra Zorobabel,
Zorobabel engendra Abioud, Abioud engendra Éliakim, Éliakim engendra Azor,
Azor engendra Sadok, Sadok engendra Akim, Akim engendra Élioud,
Élioud engendra Éléazar, Éléazar engendra Mattane, Mattane engendra Jacob,
Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie, de laquelle fut engendré Jésus, que l’on appelle Christ.

Le nombre total des générations est donc : depuis Abraham jusqu’à David, quatorze générations ; depuis David jusqu’à l’exil à Babylone, quatorze générations ; depuis l’exil à Babylone jusqu’au Christ, quatorze générations.

Commentaire de l’Evangile

Lundi 17 décembre 2018, férie de l'avent : semaine avant noël (17 déc.)

« Souvent, dans le passé, Dieu a parlé à nos pères... ; mais, dans les derniers temps, dans ces jours où nous sommes, il nous a parlé par son Fils » (He 1,1-2)

Concile Vatican II
Constitution sur la Révélation divine, Dei Verbum, 3-4

Dieu, qui par son Verbe crée et conserve toutes choses, présente aux hommes par le monde créé un témoignage incessant de lui-même (Rm 1,20) ; voulant ouvrir le chemin du salut éternel, dès l'origine il s'est manifesté à nos premiers parents... Sans relâche, il a montré sa sollicitude pour tout le genre humain, afin de donner la vie éternelle à tous ceux qui cherchent le salut en persévérant dans le bien. Au moment marqué, il a appelé Abraham pour faire de lui le père d'un grand peuple ; après les patriarches, c'est par Moïse et les prophètes qu'il a formé ce peuple, pour qu'on le reconnaisse comme le seul Dieu vivant et vrai, comme le Père prévoyant et le juste juge, et pour qu'on attende le Sauveur promis. C'est ainsi qu'au long des siècles il a préparé la route à l'Évangile. « Après avoir à bien des reprises, et de bien des manières, parlé par les prophètes, Dieu, en ces jours qui sont les derniers, nous a parlé par son Fils » (He 1,1-2). Il a en effet envoyé son Fils, c'est-à-dire le Verbe éternel qui « éclaire tous les hommes » (Jn 1,9), pour habiter parmi les hommes et leur faire connaître les secrets de Dieu. Jésus Christ, le Verbe fait chair, envoyé « comme homme aux hommes », « prononce donc les paroles de Dieu » (Jn 3,34) et achève l'œuvre du salut que le Père lui a donnée d'accomplir. Celui qui voit le Christ voit aussi le Père (Jn 14,9), c'est pourquoi Jésus Christ, par toute sa présence, par tout ce qu'il montre de lui-même, par ses paroles, par ses œuvres, par ses signes, par ses miracles, mais surtout par sa mort et sa glorieuse résurrection d'entre les morts, enfin par l'envoi de l'Esprit de vérité, achève la révélation en la rendant accomplie.

Saint du jour

Lundi 17 décembre 2018, férie de l'avent : semaine avant noël (17 déc.)