Synode des jeunes Enregistrer au format PDF

Regard de Frère Aloïs de Taizé sur l’enjeux de cette rencontre
Lundi 28 janvier 2019
0 vote

Frère Aloïs, prieur de la communauté oecuménique de Taizé a été l’invité du Pape François lors du Synode sur les jeunes. Son expérience, ses discussions et rencontres avec les milliers de jeunes qui viennent se ressourcer chaque année sur la colline de Taizé, en Bourgogne, lui permettent de livrer un témoignage réfléchi et avisé sur six des sujets qui ont été débattus au cours de ce synode.

Écoute et Accueil Les différentes conférences épiscopales qui ont participé aux réflexions pré-synodales affirment que les jeunes désirent une Église « moins institutionnelle et plus relationnelle », une communauté ecclésiale qui soit « une famille où l’on se sent accueilli, écouté, protégé et intégré ». « À Taizé, les jeunes découvrent un espace où la bienveillance et la confiance sont possibles ! »

Témoignage et transmission Trois cents jeunes du monde entier étaient réunis à Rome en mars dans le cadre d’un « pré-synode des jeunes ». Il a été mentionné à ce moment-là que « les jeunes veulent des témoins authentiques, des hommes et des femmes qui donnent une image vivante et dynamique de leur foi et de leur relation avec Jésus ».

Vocation : Mariage, vie religieuse Le document préparatoire au Synode réaffirme que le concept de vocation a trait à l’appel au bonheur que le Christ adresse à chacun. Frère Aloïs partage cette vision « On sent toujours chez les jeunes un grand désir : la soif d’un amour pour toujours » qui dépasse « les nombreuses séparations auxquelles les jeunes assistent, dans les familles mais aussi dans l’Église ». « À nous de leur montrer que le oui est possible, même dans nos propres fragilités, s’ils s’appuient constamment sur le Oui de Dieu afin qu’ils osent garder le goût de cet engagement à vie. »

Accompagnement et discernement Frère Aloïs souligne la nécessité que «  tout Oui au Christ » soit accompagné ! L’Église doit donc trouver des formes nouvelles d’accompagnement de toutes les étapes de la vie qui ne se résument pas au séminaire ou à la préparation au mariage.

Nouvelles technologies Les nouvelles technologies font partie intégrante de la vie des jeunes et sont un lieu de nouvelles évangélisations (vidéos de témoignage, homélies en ligne etc.). Toutefois, elles sont également des lieux de grande détresse pour les jeunes. Frère Aloïs souligne que «  l’absence d’écrans et de système perfectionné de sonorisation à Taizé permet aux jeunes de se rendre compte assez naturellement de la beauté de la relation aux autres et leur donne le goût de la rencontre  ». Comment réussir à éloigner ces jeunes hyper-connectés des réseaux sociaux ? Frère Aloïs explique que si les nouvelles technologies sont peu présentes, c’est parce que nous proposons aux pèlerins de vivre le plus simplement possible pour que leur contribution financière soit la plus modeste. C’est donc tout naturellement que les jeunes en visite sur la colline adoptent cette philosophie profondément chrétienne.

Œcuménisme et unité des chrétiens À l’heure où les jeunes ont accès par leurs lectures, leurs voyages, leurs rencontres à une découverte des pluralités religieuses, la majorité des 18-29 ans en recherche spirituelle ne se tournent pas vers l’Église catholique. La communauté de Taizé est oecuménique et les jeunes qui viennent se ressourcer proviennent d’horizons très variés. Frère Aloïs en fait l’expérience chaque jour : « Les jeunes ne nous posent pas d’abord des questions confessionnelles : leurs interrogations sont beaucoup plus fondamentales et touchent à la possibilité de croire aujourd’hui. Nous rendons grâce pour la possibilité qui nous est donnée à Taizé de prier quotidiennement ensemble et de vivre régulièrement l’hospitalité eucharistique ».

Propos recueillis par Michel Dibou à partir du texte d’Anne Thibout,