Homélie du 6e dimanche de Pâques le 17 mai 2020 Enregistrer au format PDF

Dimanche 17 mai 2020 — Dernier ajout dimanche 24 mai 2020
0 vote

Homélie du 6e dimanche de Pâques

Chers frères et sœurs,

Les lectures de ce dimanche nous font revivre les derniers moments de la vie de Jésus avec ses disciples, le soir du jeudi Saint, ainsi que la réalisation de toutes les promesses dans l’Église des origines.

En effet, dans l’Évangile de ce jour, Jésus est sur le point de quitter ses chers disciples, mais Il ne les laissera pas orphelins. Il va leur envoyer une Personne divine pour les consoler, les soutenir, leur venir en aide. C’est le Saint Esprit qui sera non seulement avec les croyants, mais en eux pour les instruire. Le Seigneur l’appelle : « Un autre consolateur » parce que Lui-même demeure le consolateur céleste, l’avocat auprès du Père. Jésus fait encore aux disciples et à tous ceux qui devraient croire en lui, d’autres promesses : la vie nouvelle, découlant de la sienne, une place particulière dans l’amour du Fils — et du Père — pour quiconque Lui prouve son affection en gardant ses commandements.

Les Actes des Apôtres que nous lisons pendant ce temps pascal nous apportent un enseignement sur l’expérience de l’Esprit Saint dans l’Église après la Résurrection.

L’événement rapporté en ce dimanche, pour les Samaritains convertis et baptisés par le diacre Philippe, est significatif. Ils n’ont pas reçu l’Esprit-Saint. Ce sont les apôtres qui, par l’imposition des mains, leur donnent cet Esprit-Saint qu’ils ont reçu du Seigneur pour le transmettre. Cet acte devient le signe efficace, non seulement de leur adhésion à Dieu, mais de leur intégration dans l’Église.

Nous avons reçu, comme l’ont reçu les Samaritains, cette Vie divine, dans sa réalité trinitaire. L’Esprit-Saint est présence de Dieu qui nous permet de devenir et de vivre comme des fils, comme le Fils du Père. Il nous permet, Esprit de Vérité, d’être vivants avec celui qui est la Vérité.

Dans la seconde lecture, c’est Pierre qui s’adresse à des chrétiens qui se heurtent à la calomnie et à la persécution de leurs adversaires. L’apôtre leur indique la ligne de conduite à tenir. Ils ne doivent jamais renoncer à témoigner de leur foi. Mais ils doivent réagir avec douceur contre les attaques en respectant leurs ennemis. Au moment où il écrit sa lettre, certains chrétiens ont renié leur foi car ils ont eu peur du danger. En écoutant ce message de Pierre, comment ne pas penser aux nombreux chrétiens d’aujourd’hui qui sont également persécutés, maltraités, emprisonnés à cause de l’Évangile ? C’est dans ce monde tel qu’il est, que nous avons à témoigner de notre attachement au Christ. Et c’est pour remplir cette mission qu’il nous envoie l’Esprit Saint.

Que le Seigneur soit avec nous et qu’Il nous protège. Amen

Père Jean-Marie Kalombo