Homélie du 2e dimanche de Pâques Enregistrer au format PDF

Dimanche 19 avril 2020
0 vote

Homélie du 2e dimanche de Pâques

Nous célébrons aujourd’hui le deuxième dimanche de Pâques, appelé dimanche de la Miséricorde Divine ; nous sommes appelés à nous pardonner les uns les autres.

 Nous continuons à célébrer la résurrection du Christ d’entre les morts, fondement de notre foi ; pourtant, personne ne l’a vu ressuscitant. Le tombeau trouvé vide, n’a pas été un signe éloquent pour la foule, voire pour ses disciples sur sa résurrection. Pour dissiper et épurer tous les doutes dans les cœurs des siens, le Ressuscité se manifeste à ses disciples pour affermir leur foi. Il est apparu aux deux disciples sur la route d’Emmaüs (Lc 24,13-35), il est apparu aux disciples sur le bord de la mer de Tibériade (Jn 21, 1-14), et aujourd’hui, huit jours après sa résurrection, il apparaît à ses disciples enfermés, portes verrouillées par crainte des Juifs.

 En leur disant : « La Paix soit avec vous », Jésus voudrait leur dire, qu’ils ne se troublent pas, qu’ils ne perdent pas espoir, car Il est Vivant au milieu d’eux. Convaincus qu’il est vivant, ils doivent franchir les barrières de la peur et continuer leur mission d’Apôtres qui consiste à aller annoncer les merveilles de Dieu pour l’humanité à travers son Fils mort et ressuscité. De même nous aussi, confinés dans nos maisons par peur du covid-19, chaque fois que nous prions ou parlons de Jésus, chaque fois que nous suivons la messe à la télévision ou la prière du chapelet, Il est là présent à côté de nous pour nous écouter et nous souhaiter la paix.

 L’extrait de l’Évangile souligne l’attitude de l’un des disciples Thomas, qui n’a pas cru aux témoignages des autres et a voulu pour croire, voir les marques des clous dans les mains et introduire ses doigts dans son côté ouvert. Mais, quand il l’a rencontré, il l’a reconnu et il a cessé d’être incrédule. Convaincu qu’il est vraiment ressuscité, Thomas professe sa foi en l’appelant : « Mon Seigneur et Mon Dieu ». C’est une foi adulte d’un homme convaincu de ce qu’il professe. La Pâques est une fête des témoins, appelés à témoigner de ce qu’ils ont vu. Et dans chaque Eucharistie, nous y sommes comme témoins de la présence du Christ ressuscité à travers le pain et le vin et nous nous en sortons apôtres, avec la mission d’aller annoncer le Christ aux autres à travers la parole du prêtre : « Aller dans la paix du Christ ». 

 La première lecture nous présente quelques caractéristiques des premiers chrétiens : ils étaient assidus aux enseignements des Apôtres, à la fraction du pain, à la communion et aux prières… ils fréquentaient assidûment le Temple et louaient Dieu. Chers frères et chères sœurs, indépendamment de nous pendant cette période de confinement, nous ne pouvons pas accomplir toutes ces caractéristiques. Même si nous ne pouvons pas aller à l’Église pour prier ensemble, soyons unis les uns les autres dans nos prières de tous les jours. Pensons de manière particulière à toutes ces personnes âgées et à mobilité réduite autour de nous et à côté de nous, présentons-leur le Christ Ressuscité à travers nos actes de charité et notre joie envers eux par un coup de téléphone.

 Qu’ils le disent ceux qui craignent le Seigneur, Éternel est son amour !  

   Père Théodore