Mercredi 2 mai 2018

Vivre au souffle de l’Esprit Enregistrer au format PDF

0 vote

Vivre au souffle de l’Esprit

Nous venons de célébrer dans la joie le mystère pascal du Christ ressuscité.

Jésus qui s’est fait reconnaître à ses disciples à plusieurs reprises, fera son ascension auprès de son Père. C’est cet événement que nous revivrons le 10 mai.

Cinquante jours après Pâques, les apôtres ont reçu l’effusion du Saint Esprit. C’est aussi le point de départ de la mission de l’Église. C’est la Pentecôte que nous fêterons le 20 mai. C’est à travers notre témoignage au quotidien que l’Esprit de Vérité rendra témoignage au Père. « Voyez comme ils s’aiment » dira-t-on des disciples de Jésus. C’est de cette nouvelle vie que nous sommes appelés à vivre désormais au souffle de l’Esprit. Le chapitre 2 du livre des Actes des Apôtres nous raconte clairement l’événement de la Pentecôte. Les disciples qui s’étaient enfermés par peur, sont soudain projetés dehors, en rejoignant les foules sur les rues de Jérusalem. La foule s’émerveillait à les entendre parler, parce que chacun les entendait dans sa langue maternelle.

« La moisson est abondante et les ouvriers sont peu nombreux, priez le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers à sa moisson ». La prière pour les vocations doit susciter de notre part, la confiance et la persévérance. C’est en cela que Jésus nous encourage dans son enseignement lorsqu’il dit : « Tout ce que vous demanderez dans la prière avec foi, vous l’obtiendrez ». Mt 21,22. Le Seigneur nous invite à réveiller notre ardeur à la prière dans la foi et la confiance, pour que naissent les vocations sacerdotales, religieuses et religieux dans nos familles, pour le service de nos paroisses et de nos Églises diocésaines.

Toute la vie du chrétien, de son baptême à sa mort, est marquée du sceau de la Sainte Trinité : le Père, le Fils et le Saint Esprit. La liturgie nous propose de célébrer cette fête le 27 mai. C’est aussi la fête des mères. Marie, notre Mère, est à l’honneur tout le mois de mai. Demandons-lui de prier avec nous « le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers à sa moisson »

Père Edgard DAHOUI